• http://petitespensees.blogg.org/

    Un petit changement s'impose. Un blog, un univers une epoque et tout cela change alors j'en ai ouvert un nouveau qui est sensiblemnt le mm puisque j'y ai transporter la plupart des articles de celui ci et qu'il porte le mm nom. Juste une autre adresse et une autre ambience:

    http://petitespensees.blogg.org/

    http://petitespensees.blogg.org/


    votre commentaire
  • Enfin des explications... Pour nous faire comprendre le principe... http://www.blogg.org/blog-35607.html

    Extrait Matt Pokora - Showbiz


    "SMS sur mon phone (elles me défient sur le son)
    Je sens monter en moi la pression (up... non stop... elles se donnent)
    Si tu veux me suivre alors put your hands up
    Plus féroces que les fauves qui survivrent dans la meute aux loup"

    "SMS sur mon phone (elles me défient sur le son) " ß Remarquons la profondeur des mots utilisés.
    _Traduction : je reçois un message écrit sur mon téléphone portable dernier cris et cela me rend heureux donc je le fais savoir.

    "Je sens monter la pression en moi"
    ß(ouais beh c' est surement pas à cause de son QI...)
    _Traduction: il est angoissé par ce fait nouveau dans sa vie de jeune adulte.

    "Si tu veux me suivre alors put your hands up"
    ßATTENTION notre jeune homme est bilingue, et montre donc, dans ces chansons ces capacités pluri-linguistes.
    _Traduction: il demande à la jeune fille de le suivre et dans ce cas là, d' applaudir dans ces mains.

    "Plus féroces que les fauves qui survivent dans la meute aux loup"
    ß Il fait ressortir son côté animal, de l' homme viril qui sommeil en lui.
    _Traduction:
    Attention jeune demoiselle ne croit pas que je suis un faible, moi aussi je peux être ausi féroce et dangereux qu' un mâle en rute.

    Autre extrait de Matt Pokora – L' objet du désir

     

    "les spot-lights
    C'est un show strip-tease
    De leurs voix elles m'appellent
    Et se déchaînent
    Leurs envies se dessinent
    Parfois dans les backstages
    Ladies se donnent hum hum hum yeah"

     

    "les spot-lights
    C'est un show strip-tease" 
    ßL' auteur nous fait savoir, que lui aussi va en discothèque comme tous les jeunes polissons de notre société, c' est un "rebelle" lui aussi qui sait s' affirmer et avoir du caractère.
    _Traduction : il y a de la lumière ce soir là, et le divertissement proposé, à pour but de se déshabiller sensuellement pour exciter les jeunes femelles présentes.

     

    "De leurs voix elles m'appellent
    Et se déchaînent"
      ßIl est flatté par l' attention qui lui est portée et le fait donc savoir.
    _Traduction : et comme je leur plaît beaucoup de leur voix frêles, elles disent d' une sonorité pour les moins très importante, et qui se fait entendre, mon prénom. Elles sont toutes émoustillées de me voir ainsi, et le font savoir en sautillant et en levant les bras.

     


    "Leurs envies se dessinent
    Parfois dans les backstages
    Ladies se donnent hum hum hum yeah" 
    ßEncore une fois flatté, l' auteur de ce texte à la profondeur des paroles surprenante, nous fait savoir, que son public n' a pas de limites pour lui.
    _Traduction : elles me montrent très clairement qu' elles ont envie de moi, elles vont même jusqu' à venir me voir en coulisses (et j' en suis par ailleurs très fier), et me donnent de leur propre personne, en gémissant des petits « hum hum » voir même des « yeah » qui signifie littéralement « ouais » ( et donc elles acquiessent les faits qui leurs sont proposés ).

    http://www.blogg.org/blog-35607.html


    3 commentaires
  • Article vu sur: http://thebutterflyeffect.blogg.org/  N'hesitez pas a cliquer

    L'ambiance des gares...

    Un trop plein de retrouvailles qui peut s'avèrer être également un lieu d'une immense solide. Le monde vous paraît être à la portée de tous, à quelques heures de routes, d'autres paysages, d'autres lieux, d'autres personnes, d'autres rencontres vous attendent. La gare est comme une porte d'entrée dans un nouveau monde. On se croirait dans un fourmillière où toute une population grouille; tout type de personnes se croisent régulièrement.

    Dabord, ceux qui y sont quotidiennement, un jeune fonctionnaire qui a 45min de transport par jour, avec pour seul baguage, un attaché-caisse.

    Puis, ceux qui voyagent seuls vers les grandes capitales; Paris, Lyon, Bordeaux, Nice...souvent pour leurs études, ou simplement pour rentrer chez eux; on les reconnait facilement, ils ont systématiquement un gros sac de voyage + un sac de sport sur le dos + une malette pour leur portable en bandoullière et un mp3 dans les oreilles. Et ils ont forcement perdu leur billet au milieu de tout leur bordel. Cela se considère comme des habitués du voyage, la gare est une passerelle entre leurs deux modes de vies. On les recroise régulièrement, même jour, même heure, même train.

    Ensuite, nous pouvons remarquer ceux qui voyagent seuls ou à deux. Eux, c'est pour le plaisir. Ils sont toujours beaucoup plus zen, un peu anxieu car c'est le départ pour une nouvelle vie (qui ne durera pas plus de deux semaines) mais avec de nombreuses aventures. Cela, n'arrivent jamais à trouver le numéro de leur voiture, ainsi que leur place. Ils finissent toujours par demander à un cheminau.

    Au milieu de tout ceci, une socièté s'est formé. On observe ceux qui viennent chercher leur ami/conjoint, les yeux rivés sur la pendule au milieu du quai.
    Et ceux qui viennent déposer leur ami/conjoint; toujours difficile de se séparer, les yeux brillant, un petite pointe de mélancolie même si on ne se quitte que pour quelques jours.
    Des retrouvailles, des séparations, des rires, des pleurs, des joies, mais au milieu de tout cela, parfois on observe des rencontres, c'est ce qu'il y a de plus beau, les RENCONTRES !

    http://thebutterflyeffect.blogg.org/ 

    Bravo
    http://thebutterflyeffect.blogg.org/ 


    1 commentaire
  •  

    Mes yeux sont des mâchoires et je n'ai plus rien à manger

    Je t'ai parcouru du regard afin de m'évader

    Maintenant je pense a toi, à tous les moments passés

    Qui se répètent en moi et dont je ne peux me lasser

    L'être que tu es m'a rendu dépendant

    De toi et de ton corps que faire a présent ?

    Attendre de te revoir pour nourrir mon besoin ?

    Laisser parler mon cœur pour apaiser ma faim ?

    Mais nulles de ces solutions ne pourront changer

    L'amour que j'ai pour toi, qui ne cesse d'augmenter ...

                      Clément


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique